ACCUEIL arrow DOCUMENTATION arrow Articles arrow Labélisation ENEC
Labélisation ENEC Version imprimable

Labélisation ENEC : quelle portée et quels critères respecter pour y répondre?

Bien que déjà présente sur différents produits électriques, la labélisation ENEC est amenée à se développer de manière obligatoire et généralisée.

Depuis le début des années '70, les normalisations certifiantes pour la Qualité de produits électriques ont commencé à être légalisées par tous les grands pays industrialisés européens.  A l'origine, cette situation a été organisée afin de mieux réglementer la qualité des produits distribués, et garantir un meilleur respect des réglémentations électriques nationales (principalement dans le souci de sécurité des installations).

C'est ainsi qu'en Belgique, tous les produits filière installation électrique étaient dans l'obligation d'avoir le marquage national CEBEC. 

L'ouverture de l'espace économique

Ensuite, les Réglementations économiques nationales laissant de plus en plus leurs gouvernances aux Réglementations européennes.  L'ouverture économique des frontières intra-européennes en étant la politique globale.  Les différentes réglementations et normalisations techniques nationales ont vu leur obligation nationale se désagréger sans pour autant que leur utilité soit remise en doute.

C'est donc ainsi que depuis quelques années toutes ces labélisations se regroupent peu-à-peu sous une même labélisation européenne qui a pour nom ENEC.

Son utilité et sa notoriété n'est nullement remise en cause, et seule sa diffusion varie par rapport aux labélisations précédentes.  Les labélisations nationales avaient vu leur développement obligatoire jusqu'à la date de l'ouverture du marché unique européen.  Ensuite, cette ouverture avait rendu caduque ces obligations nationales, et les marquages étaient devenu de simples décisions à l'appréciation des fabricants concernés.  L'arrivée de ENEC se réalise donc dans cette logique du bon vouloir du fabricant, et la seule contrainte que les autorités peuvent  avoir sur les fabricants, est de réglementer leurs subsides à une l'amélioration technique lors de la présence d'un ce marquage Qualité reconnu.

Modification des critères depuis le 01/01/2014

Ne voulant privilégier aucun marquage reconnu au niveau européen, les marquages concernés par les subsides sont tous les marquages européens (ENEC, n'importe quel marquage national existant toujours). 

 

Ses spécificités étant encore méconnues, l'organisme SGS-CEBEC, le seul à pouvoir en effectuer le contrôle et la certification en Belgique vous présente les avantages et contraintes : cliquez  ICI

En Wallonie, la rénovation de l'éclairage de locaux professionnels peut faire  l'objet de subsides. Ils représentent de précieux adjuvants pour vos clients qui souhaiteraient se lancer dans ce type de rénovation. Ces subsides réclament cependant que les solutions retenues soient certifiées par un système Qualité électrique reconnue (voir liste en cliquant ICI ).

Quelle portée et quels critères respecter pour y répondre ?  la réponse du SPW se trouve  ICI